Bretagne-educative, pour donner à voir et mettre en réseau les initiatives pédagogiques en Bretagne

Proposition d’un tiers lieux numérique en commun
en complément des 4 tiers lieux des coopératives pédagogiques en Bretagne

Dans une Bretagne, terre de tradition coopérative, voici un nouvel outil avec le choix d’une coopération ouverte dont les contenus sont partagés .

Ce projet est né d’envies de donner à voir d’actrices et acteurs du réseau Resentice, des coopératives pédagogiques numériques en Bretagne e
t de quinze années d’initiatives autour du numérique, outil de valorisation et du pouvoir d’agir à Brest.

Dans cette première étape de démarrage il est porté par prof@brest, réseau coopératif local pour l’école ouverte et inclusive avec des partenariats en cours avec l’académie.

Ouvert à toutes et tous en écriture, avec le souci d’un partage sincère des contenus publiés, Bretagne Educative s’inscrit dans la logique des communs.

Nous invitons les actrices et acteurs des initiatives pédagogiques en Bretagne à contribuer et à participer, s’ils le souhaitent, à l’animation de ce projet selon la charte.

La maquette de Bretagne-Educative est tirée de celle de Bretagne Creative, réseau ouvert en partage des innovations sociales et des initiatives en transition en Bretagne (et 44).


(voici une desciption extrait de l’éditorial de Jean Michel Le Bault, animateur du projet -i-voix et responsable pédagogique au Living Lab Interactik)

Comment diffuser et valoriser les nombreuses initiatives qui tout au long de l’année font vivre l’éducation en Bretagne ? Et si l’on créait un site pour donner à voir la créativité des enseignant•es et des élèves, les projets des établissements et des associations, les événements organisés dans et hors l’Education nationale, les mutations en cours de la pédagogie ?

La démarche se veut nouvelle : par la publication en ligne , il s’agit d’investir un nouvel espace public, d’y participer librement et activement pour devenir membre à part entière de la « société apprenante », de faire vivre la capacité du numérique à inventer de nouvelles manières d’apprendre et de se relier aux autres, de construire, ensemble, les savoirs.

Le site se veut ouvert : quels que soient son statut, sa discipline ou sa place (enseignement primaire, enseignement secondaire, enseignement supérieur, éducation populaire, structures péri-éducatives …), que l’on soit individu, collectif ou institution, chacun•e peut contribuer librement au site, non pas pour débattre des politiques éducatives locales ou nationales, mais pour témoigner d’une expérience, raconter une action, présenter une modalité de travail, faire découvrir un outil pédagogique, annoncer un événement …


Pour suivre l’actualité de ce réseau et/ou contribuer

2 J'aimes

Intéressant comme démarche, j’espère vous voir à la rencontre contributive du mercredi 27 novembre à Rennes. Si vous êtes disponible et n’êtes pas déjà inscrit, voici le lien. https://openagenda.com/tierslieuxedu/events/rencontres-contributives-sur-les-tiers-lieux-educatifs-and-linclusion
J’ai vu qu’il était déjà inscrit dans votre tiers lieux numérique.

J’ai quelques questions :
L’enjeu de la plateforme est le partage, pourquoi avoir fait le choix de ne pas mettre en place une communication (commentaire,…) ?
Quelles stratégies avez vous mis en place pour poursuivre les réflexions qui y sont déposées ?
Comment allez vous capitaliser ces contributions pour faire communauté ?

1) Sur les commentaires

La démarche de site contributif ouvert à tous en écriture s’appuie dans mon cas personnel d’une expérience de 15 ans d’une dizaines de sites participatifs brestois comme a-brest qui a publié plus de 15 000 articles. Nous y avons arrêté la publication de commentaires en pied d’articles pour 2 raisons :

  • nous recevions très peu de contributions en lien avec l’article
  • la difficulté à gérer les spam qui constituaient l’immense majorité des commentaires

En initiant Bretagne Creative (2014) pour donner à voir les innovations sociales et initiatives en transition nous avons continué sur la base de cette expérience et encore une fois il n’est pas facile d’inviter les porteurs de projets à écrire. le décalage entre les publications au pays de Brest dont je connais plus les acteurs et peut plus facilement les solliciter et sur les autres pays en Bretagne est le reflet de cette difficulté.

Nous avons fait le choix de mettre notre énergie à collecter des récits, descriptions de projets et une mise en réseau qui nous permet de réutiliser les productions d’autres magazines qui acceptent de partager (tel le réseau Bruded des 150 commune rurales autour du développement durable).

C’est aussi ainsi que commence Bretagne Educative : mettre l’accent sur le récit, la documentation, la collecte, la valorisation des initiatives, souvent peu visibles aujourd’hui.

Avoir un espace ouvert à tous en écriture et aux contenus réutilisables (sous licence CC by sa par défaut) est je pense un grand pas (je ne connais pas d’autres espaces régionaux ouvert à tous en écriture, réutilisables).

Sur la stratégie
Le projet est en démarrage, l’important est de montrer l’abondance des innovations et initiatives, de relier les actrice.eur.s et les réseaux.
Des temps de rencontre comme celle que vous organisez ou le Forum des usages coopératifs 2020 dont le thème sera « relier nos coopérations », permettront peut être de dégager d’autres propositions,
Pour le moment l’éditorial de Jean Michel Le Bault résume bien là où nous en sommes et le projet.

Dans un premier temps faire que les actrices et acteurs de projets parlent de leurs projets les fassent connaître les « formalisent » et soient du coup valorisé·e·s ce qui est important pour la dynamique dans le travail.

Faire communauté
Des communautés existent comme les coopératives pédagogiques ou des réseaux sur la fabrication numérique ou des réseaux autour de pratiques pédagogiques (classes tweeter, classes inversées …) et bien d’autres …
Bretagne Educative peut être un outil pour ces communautés.
Très souvent, dans la même zone géographique on ne sait pas ce qui se fait et pourtant on se croise, et faire connaître permet des échanges dans la vie réelle.

Faire communauté ; la motivation viendra de la richesse de la diversité des articles, une communauté ne se déclare pas elle se construit.

Vu la modestie des moyens de Bretagne Educative porté pour le moment par quelques personnes soyons réalistes sur ce que Bretagne Educative peut apporter.