Comment embarquer les collègues dans la démarche tiers-lieux ?


#1

Bonjour,

Vous serait-il possible de partager vos différents leviers pour embarquer vos collègues dans les démarches que vous avez menées ?

Bonne journée à tous !

Pour @Spid-erwan :
“un préfabriqué transformé en makerspace partagé, minikerspace sur roue, interclasse, avec tout ce qu’il faut pour inciter les collègues à s’approprier petit à petit les pratiques, par essai, par petite touche. Trouver un moyen de désinhiber, de décomplexer”.

Pour Claude Schmitt :
" * Certains professeurs n’osent pas, rôle important des personnels de direction."

Pour @FannyEgger et Yves le blanc :
" Un tiers-Lieu est forcément intrusif. Cela nous paraissait impossible d’imposer cela aux autres enseignants. On a mis l’accent sur la communauté de pratiques. On a donc privilégié le travail d’équipe. On est parti des collègues, et on a poussé les murs pour intégrer leurs besoins et leurs pratiques."


#2

Bonjour,
Si l’action menée est fructueuse et peu coûteuse, les leviers existent tout simplement.
Les questions sont:
Est- ce que j’enseigne plus agréablement et confortablement?
Est- ce que les élèves vivent plus agréablement et confortablement?
Est- ce que la somme de travail "supplémentaire " que je fournis est rentable ?
Est- ce que les acquisitions des élèves sont en progrès?
Existe-t-il moins d’élèves “à la ramasse”?

Ces questions résolues par un OUI, l’embarquement est aisé, car les “discours de pub” se fondent sur des avantages que chacun souhaite.

Entraîner les collègues par l’exemple.
A te regarder…Ils t’envieront.


#5

Bonsoir,
D’expérience, dans beaucoup de cas il y a un manque d’habitude, un tiers-lieux devient petit à petit un lieu de passage, de travail et donc de “vie” (même si c’est un grand mot).
Pour moi ne pas hésiter à proposer des ateliers pour montrer ce qu’il est possible de faire, mais aussi inviter et faciliter l’utilisation du lieu, à la fois pour les enseignants, les étudiants et les associations et clubs de l’établissement.