[Conseil] Comment faire son choix de fraiseuse numérique ?


#1

Bonjour,

Nous voudrions investir dans une fraiseuse numérique au makerspace du collège, avez-vous un modèle à recommander, et des conseils sur le choix de la machine en fonction des usages ? La gamme des prix proposés est si variée que c’est compliqué de s’y retrouver…

Merci d’avance pour les réponses !


#2

Bonjour,

J’ai pas mal travaillé avec les machines ID Conception que je trouve plutôt bien : http://id-conception.fr/
Ils ont des modèles en châssis bois pour les plus petites et aluminium pour les plus grosses capacités.
Un bon retour aussi côté logiciel (Mach3 + CamBam ou LinuxCNC) et un résultat très propre sur différents types de bois et plastiques usinables.
Un petit bémol : la machine n’est pas carénée.


#3

Tout d’abord, il faudrait évaluer le type de projets que tu comptes réaliser :

  1. plutôt mobilier en bois
  2. plutôt objet d’art très précis et/ou création de carte électronique (PCB gravure à l’anglaise)
  3. des objets en bois de tailles intermédiaires
  4. des objets métalliques

Dans le cas n°1, as-tu beaucoup de place ? Si oui, tu pars sur des CNC de types Shopbot. Si non, il faut étudier la MaslowCNC par exemple.

Dans le cas n° 2, j’opterai pour une Bantam Tools (revendu en France par Digikey).

Dans le cas n° 3, il faut regarder celle du type CharlyRobot (et qui peuplait les lycées à une époque).

Dans le dernier cas, je n’ai pas référence sous la main mais c’est généralement plus rare dans nos types de lieux j’imagine.

Évidement ce ne sont que des grandes catégories et souvent le domaine d’une machine déborde un peu sur les autres. J’ai personnellement une (vieille) CharlyRobot et je pourrais faire du petit mobilier par exemple…
J’ai aussi fait acheter une BantamCNC dans mon FabLab. Le logiciel est ultra-simple pour faire du marquage aluminium et de la gravure à l’anglaise par exemple. A Nybi.cc (Nancy), nous en avions 2. Une de marque Stratoconception il me semble qui était plus dans le domaine de la bantam. Mais le logiciel était trop fermé et vieillissant. L’autre de taille CharlyRobot a été complètement remaniée.

Pour résumer, il faut une ou plusieurs CNC en fonction des projets. La vitesse de déplacement, la puissance des moteurs de déplacements, ainsi que la taille de la broche dépendent du domaine d’application…


#4

Nous avons une Charlyrobot au collège, retrouvée sous une énorme pile d’objets divers… Je pense que le logiciel d’origine n’est plus installé nulle part… Faut-il installer un logiciel spécifique pour la modélisation, ou peut-on se servir de Freecad ? Pour l’usinage, que faut-il installer ?
Il y a peut-être un logiciel gratuit qui fait les 2 ??
Merci pour votre aide et bonne rentrée !


#5

Pour la modélisation, tu peux utiliser le logiciel que tu veux.
Pour la FAO, il y un peu moins de choix. Je te remettrai ici les liens quand je serai dans un endroit où ça capte mieux.
Pour le logiciel de contrôle c’est dommage qu’il n’existe plus mais j’ai des solutions de contournement comme LinuxCNC, ou mieux avec Beaglebone Black.
J’en ai une refaite comme cela dans mon garage. :grin:
A+ pour les détails.

PS : une petite photo pour voir de quelle version il s’agit ?


#6

@Marion Déjà, j’aimerai savoir s’il ne reste que la structure ou s’il reste aussi les drivers de moteurs pas à pas ? Dans le 2ème cas, c’est mieux. Personnellement je n’essaierai même pas de retrouver le logiciel d’origine. Ce qu’il faut, c’est refaire un boitier de commande qui pilote directement les drivers d’origines.

Pilotage

Port parallèle de PC

Tu peux soit utiliser un PC avec un port parallèle (mais c’est de plus en plus rare). C’est alors très simple, il suffit de faire une petite carte électronique (isolation optique) à brancher sur le port parallèle : http://wiki.nybi.cc/index.php?title=CharlyRobot
J’ai ensuite installé LinuxCNC sur le PC. Il y a un peu de configuration mais tout est bien documenté.

Carte dédiée

Tu peux sinon utiliser une carte dédiée sur laquelle tu installes MachineKit par exemple. Initialement c’était un Fork de LinuxCNC pour BeagleBone Black. Cela revient donc simplement à avoir l’équivalent de la carte de pilotage d’une imprimante 3D (Ramps, etc).
Tu utilises alors les pins digitaux à la place du port parallèle de la solution précédente.

FAO/CAM

Une fois l’installation précédente faite, il faut des outils pour convertir ton fichier 3D en usinage, ie en G-Code (et oui le même que pour les imprimantes 3D).

Perso, j’aime aussi détourné un des mes slicers d’imprimante 3D préféré mais ça ne respecte pas toutes les bonnes pratiques d’usinages… Voir par exemple mon dauphin.

Divers

Après il y a des astuces utiles aussi pour faire le zero de la machine par exemple avec un Microscope USB :

Bref, voilà déjà un bon sujet bien long…


#7

Merci pour ta longue réponse, je t’envoie une photo dès que je peux aller prospecter là bas !
Marion