Museum in a Box

Voici le lien du projet

Des idées d’adaptation, de modification et d’amélioration ?

Si je ne me trompe pas, on peut normalement faire la même chose avec une tablette ou Smartphone et assigner des QR codes ( lien vers du son, image, vidéo…) à des objets ( cartes, sculptures imprimées ou pas…)

Un des objectifs est donc de faire quelque chose de pas très cher (pas de tablette), simple d’usage et reproductible par des Makers.

Du coup, je pense a une station Do.Doc redessinée pour l’occasion (quelques chose de compact, mobile, voir autonome) avec un Raspberry, une Web cam avec micro, un lecteur RFID ou NFC ( le top serait que Do.doc puisse lire un QR code via la Web Cam) et les boutons poussoirs pour la navigation et la visualisation via un ecran.

Une autre piste serait d’utiliser un Mash-up Box. Poser des objets sur la surface vitrée pour lancer un média. Pour l’instant on est loin de la solution peu coûteuse.

Si nous faisons abstraction du prix, il me semblerait que c’est la solution la plus simple d’utilisation pour un élève.

D’autre pistes ? Des suggestions ? On travaille dessus pour un lancement en septembre ?

@Spid-erwan

Bon les bonnes idées se rencontrent; j’ai échangé avec l’équipe de l’atelier des chercheurs sur exactement les mêmes réflexions car intéressé pour élargir et simplifier encore plus le système de museuminbox et le rendre potentiellement utilisable pour des objets 3D très très variés, notamment ceux modélisés par les élèves eux même.

J’aimerai bien par exemple que les objets que nous modélisons actuellement soit valorisables à la fin en scannant le QRcode collé dessous, déclenchant à l’écran un média préparé par les élèves.
Je pense que si dodoc sur Rasberry avec usage d’une webcam est jouable c’est le plus intéressant, car l’utilisation des QR code serait plus facile à générer pour chacun et moins coûteux que les puces rfid. et le rasberry offre un encombrement moindre et donc un potentiel plus grand pour être mise en valeur dans différents lieux même incongrus.

Les QR codes permettraient plus facilement de partager une base de données commune ré-exploitables par chacun (échange de collections d’objets) avec les ressources compilées : : le QR code imprimable, le contenu média, le fichier stl de l’objet à imprimer ou autre…

L’intérêt de la boite de museuminbox est d’être compact et donc de pouvoir être autonome et de se déplacer dans une classe où un lieu plus facilement, même sans connexion avec le net. Car là, il faut embarquer l’écran, la webcam, être sans doute connecté … donc moins pratique mais c’est déjà ça et cette idée est moins couteuse et plus souple dans les contenues à pouvoir valoriser !!

Une interface de dodoc dédiée : Il faudrait aussi peut être repenser la façon dont le média réalisé avec les élèves peut apparaître de façon sympa et rapide une fois un qrcode passé sous la camera, que cela soit juste du son, de la vidéo ou autre, et cela sans devoir re-cliquer quelque-part.

Un tel dispositif peut je crois ouvrir le champ à des projets très variés, facilitant la mise en œuvre d’interventions sur des sujets très variés par l’équipe de l’atelier des chercheurs qui cherche à aller collaborer en résidence ensuite dans les écoles.

Oui à fond intéressé pour contribuer à cette réflexion pour tester sur le terrain quand c’est possible, je vais donc commencer par acheter un rasberry :slight_smile:
Erwan ( @Spid-erwan) - (@wanerspid sur twitter)

2 J'aimes

Bonjour,

tout ceci donne bien envie de se lancer!

2 pistes, pour faire suite à vos messages :

1 - une alternative aux QR-codes pourrait être l’utilisation d’une application de réalité augmentée comme HP-Reveal (ex Aurasma) qui permet de visualiser des contenus augmentés directement à partir de li’mage de l’objet, ou de l’objet lui-même, y compris hors ligne (mais du coup il est préférable de prévoir une tablette dédiée). A tester car si l’effet est souvent plus saisissant, immédiat et le résultat plus immersif, l’accès à la ressource est parfois plus aléatoire qu’avec un QR-code.

2 - pour accroitre l’interactivité à partir des figurines en 3 D, pourquoi ne pas essayer de les recouvrir de peinture conductrice et les relier au média de son choix via un Kit type “Touch Board”? Nous en avons un au makerspace du lycée dans le cadre d’un projet de fresque interactive dans un escape game patrimonial, je me porte volontaire pour tenter des expériences.

Anne-Solen
Makerspace du LP Jean Nicoli (Bastia)

Je relance le topic : savez-vous si les plans/ tutos de fabrication sont disponibles quelque part ?

Les modifications du softwares sont faites, prochaine étape le hardware et une vidéo poc.

Savez-vous quelles sont les obligations en terme de licence ? Si le projet adapte l’idée mais sans partir des plans et programmes, s’agit-il d’une reproduction/transformation de l’oeuvre ?

Non, les idées ne sont pas protegeables.
Donc si tu n’utilises ni le logo, ni la marque, ni les brevets, ni les plans et logiciels, sens toi libre.

Après dans la culture opensource/communs, un crédit est le minimum à donner…

Cela est vrai quelque soit la licence… Que je n’ai pas regardé dans le cas présent.

Merci pour les infos ! J’avais fait quelques recherches non fructueuses pour leur licence. On est d’accord pour le crédit, c’est le minimum

Ils ont un GitHub avec plusieurs projets : https://github.com/museuminabox/
Malheureusement aucun n’est clair quand à la licence en effet.

Bonjour,
J’arrive sur ce forum après avoir échangé sur celui de l’Atelier des chercheurs et testé Dodoc sur Raspberry Pi3. Je vais essayer de résumer sur Museum in a box et compléter sur les possibilités avec Dodoc.

Museum in a box
déclencheur : puces NFC -> lancement média sonore

Avantage :
Très compact, simple d’utilisation,

Limite :
Coût des puces et du lecteur NFC
Fonctionnement type borne jukebox
Un seul type de média

Un kit type Touch Board peut faire le job mais sera limité sur le nombre possible de médias sonores, idem pour les MakeyMakey ( ex : machine à lire)

Pour le moment Dodoc gère très bien la partie en amont, c’est un super outil de capture média et de partage mais ce n’est pas encore une borne de présentation en mode automatique.
Dodoc utilise déjà le NFC pour loguer les utilisateurs et les QR codes pour partager les médias. Les QR codes sont générés automatiquement par Dodoc.
@louis a ajouté une fonction de partage externe à Dodoc à partir des QR codes. Dodoc permet donc de scanner directement un Qr code et de lancer un média dans une fenêtre externe.

Dodoc
déclencheur : QR code (ou NFC)
Type de média : son, image, vidéo, pdf

Avantage :
Faible coût des QR codes, pas de limite du nombre d’objets/médias
Un seul logiciel qui sert à la fois à la capture et création des médias et à leur visualisation

Limite :
il faut un ordinateur pour Dodoc, une caméra pour scanner les QR codes et un écran avec enceintes pour les photos, vidéos et sons.

Mais l’idée était justement de rester le plus compact et simple possible. Donc on peut utiliser un Raspberry Pi3 avec partage de son Wifi pour Dodoc dans une boite de la taille de Museum in a box.
Et ajouter une simple tablette qui fera le reste de la borne. Un utilisateur pourrait aussi utiliser son propre smartphone.

Il reste un seul blocage au mode « jukebox » pour Dodoc.
A chaque fois que l’on veut lancer un média, il faut cliquer sur le bouton QR code en haut à droite de Dodoc, scanner le QR code qui ouvre une fenêtre externe. Mais Dodoc ne reste pas dans le mode scan à attendre le prochain QR code. Il faut donc fermer la fenêtre du média / re-cliquer sur le bouton QR code …etc
Le fonctionnement est le même pour les applis de scan de QR codes, elles ne restent pas en veille permanente.

Avec un mode « Juke Doc » qui laisserait la caméra allumée dans l’attente d’un scan (comme les badgeuses des cantines scolaires) on aurait les avantages du Museum et de Dodoc réunis.

Il ne manque plus grand chose…

2 J'aimes

Bonjour Julien,

chouette idée et effectivement on est pas très loin de tout ça dans do•doc !

On pourrait tout à fait imaginer que lors de l’ouverture de do•doc par un scan, un petit bouton QR « flottant » reste visible quelque part sur l’écran et permette de retrouver l’interface de scan plus rapidement par exemple. Je ne suis pas forcément partisan de laisser la caméra tourner, ça consomme pas mal de ressources et ça fait ralentir la page (donc si on veut consulter une vidéo, pas idéal). Et si on scan sans faire exprès un code QR ça peut gêner la lecture.

À réfléchir mais ce n’est pas très compliqué à implémenter et ça vaudrait la peine de tester ça en conditions réelles.

@Ju.bonhomme tu es partant pour prototyper et tester avec élèves pour qu’on trouve la bonne formule ?
Si d’autres personnes veulent tester et participer à la réflexion n’hésitez pas à vous signaler en précisant le système d’exploitation de la machine qui fera tourner le do•doc (linux, windows, windows 32 bits, macos) :slight_smile:

Bonjour Louis,

Oui, toujours partant pour tester et essayer de nouvelles formules.

J’étais fixé sur l’idée que la caméra devait être en fonctionnement permanent comme pour une badgeuse pour attendre le QR code, mais ta proposition de bouton à l’écran directement sur la page de visualisation du média pour relancer la caméra et un nouveau scan me parait très intéressante.
Par contre il faudrait lier ça à un raccourci clavier pour pouvoir le déclencher à l’aide d’un bouton physique (mobidoc avec bouton Qr code ?) sans forcement avoir un écran.
Exemple : pour une borne de lecture de livres audio
Je montre le QR code devant la borne et j’appuie sur un bouton physique pour déclencher le scan qui lance la piste audio.
Si je désire passer à un autre livre, je montre le QR code devant la borne et j’appuie sur le bouton pour déclencher le scan, qui lance la seconde piste audio dans la même fenêtre …

Ça enlève un peu le côté « magique » du Museum in a box qui se déclenche « tout seul » lorsque l’on pose l’objet dessus. Mais cela permet de ne pas laisser la caméra allumée en permanence tout en simplifiant le mode « jukebox ».
Un peu à la manière des douchettes pour code barre, on vise et on déclenche avec un bouton physique.

1 J'aime