Badge covid buster

Je serai curieux de savoir ce que vous en pensez et en particulier Open Recognition…
Je trouve ce badge peu éthique, non ?

Je m’explique autant l’intention est louable et permettrai de mesurer l’ampleur du phénomène.

Mais d’un autre côté, cela a un côté « purge » : ceux qui ont fait versus ceux qui n’ont rien fait…

Finalement dans ces cas là, les badges d’intention (" je peux ou voudrai aider") prennent un sens plus positif…

Le débat est ouvert.

@Chris tu peux surement répondre à @loic.fejoz sur ce sujet ?

Yep :slight_smile: ; on leur a mis en place le système open badge pour la Maker Faire Lille 2019.

Pour répondre à @loic.fejoz, ce risque d’inégalité, d’exclusion, de discrimination entre ceux qui obtiendraient le badge et ceux qui ne l’obtiendraient pas ne concerne pas uniquement ce badge mais toutes les marques de reconnaissance d’engagement, de talents, de compétences que véhiculent les open badges en général. C’est un peu la vision de l’épisode Nosedive de Black Mirror.
En extrapolant, on pourrait se dire qu’il faudrait supprimer tout acte de reconnaissance et de valorisation au nom d’une pseudo égalité.

Je pense au contraire qu’il est bon et positif de valoriser ce qui va bien et ce que les personnes font de bien pour avoir un effet boule de neige vertueux. Après, c’est à chacun de discerner s’il est bon ou pas pour lui de communiquer sur la reconnaissance reçue.

Aussi, ce n’est pas véritablement un problème d’accumuler des badges qui matérialisent en quelque sorte la relation de confiance entre l’émetteur du badge et son bénéficiaire. Si les badges développent la confiance dans une communauté, est-ce qu’il peut y avoir trop de confiance ?

Il existe également des badges comme « Je sais me confiner ! », « Je peux me mobiliser contre le Covid-19 », « J’ai survécu à la semaine #3 de confinement », ou « J’peux pas, j’ai continuité pédagogique » notamment créés lors de la dernier Open badge Night : https://obnight.openrecognition.org/les-badges-de-la-nuit/

1 J'aime

Ça me paraît un peu court comme réflexion @Chris.

Puisque tu admets que certains badges peuvent être problématiques, comment faire la différence ? Tous les badges qui encapacitent me paraissent une bonne chose. La majorité des badges ne porte pas de jugement moral. Or là, il y a comme une pointe de jugement moral derrière, et pas juste une reconnaissance de l’engagement. Ce n’est pas non plus une compétence qui est reconnue.

Je reste donc un peu sur ma faim et mon questionnement persiste…

@NicolasLoubet aurais-tu des articles de réflexion sur le sujet ou avoisinant ?

Les badges étant des supports de reconnaissance de toutes sortes, ils peuvent être porteurs de reconnaissance de compétences, de diplôme/micro-certification, de réussite de projet, de participation, de contribution dans une communauté, … mais également de reconnaissance de valeurs, d’engagement, de militantisme, de convictions qui peuvent porter une forme de contenu éthique ou de jugement moral beaucoup plus subjectif mais pas forcément mauvais en soi. La morale ayant pour fonction de guider/orienter la personne avant d’agir dans la mesure où elle distingue ce qui est correct de ce qui ne l’est pas vis-à-vis du groupe, ce type de badge contribuer au pouvoir d’agir des personnes en société en posant des critères de choix orientant leur action.

L’open badge « Covid Buster Maker » est un badge de reconnaissance de l’engagement des Makers dans la lutte contre le Covid-19 mais également un badge de reconnaissance des valeurs de solidarité, résilience et DIFO (Do It For Others) comme ils l’indiquent.

La question à se poser est « est-ce que cela est utile d’avoir ce type de reconnaissance et pour quoi ? »

On a tendance à penser en premier à la reconnaissance de compétences dans le cadre d’une reconnaissance formelle par une institution mais les open badges ouvrent à la reconnaissance ouverte où chacun peut reconnaître et être reconnu pour ses compétences, ses valeurs, ses engagements dans le cadre de ses différentes communautés (familles, amis, professionnelles, territoriales, associatives, dans ses collectifs, …) qui sont elles-mêmes guidées par des principes moraux.