[LEXIQUE] Définition(s) d'un tiers-lieu


#1

Je vous propose de partager ici les différentes définitions que l’on donne à un tiers-lieu.

« Le concept de tiers-lieu consacre une situation de rencontre entre plusieurs personnes, morales et physiques, nécessairement hétérogènes et non affiliées, qui s’engagent volontairement dans un travail de conception d’une même représentation et dont chacun est prêt à répondre personnellement devant ses semblables ». Antoine Burret, sociologue ayant pour objet de recherche les tiers-lieux, 2016

Tiers-lieu : « un espace physique, mais pas que, qui rassemble une communauté d’usagers.» Au comptoir numérique

Tiers-lieu : « un processus socio-technique de co-création autour d’un patrimoine informationnel et matériel commun ». Le WorkingLab

« Tiers-lieu : “un lieu avec une offre de services. » Le mixeur


#2

Voici la définition que j’utilise souvent pour décrire les tiers-lieux :

  • un lieu hybride
  • un lieu pour faire des “rencontres improbables” :
  • des lieux de “faire ensemble”
  • Le bistrot du coin à l’ère du numérique : le KFAIT du 21ème siècle

Le tiers lieu est à l’espace ce que la communauté est à l’humanité, un espace pour faire communauté.


#3

Trois autres définitions pertinentes :
Mission Coworking – CGET : « Les tiers lieux se distinguent désormais par trois éléments conjugués. D’abord, leur dimension intrinsèquement collaborative, voire communautaire. Ensuite, la primauté qu’ils accordent au « faire ». Enfin, leur haut degré de mixité. En ce sens, les tiers lieux peuvent se définir comme des espaces physiques et numériques du faire ensemble. […]

Les tiers lieux expriment la volonté des citoyens de faire ou refaire « société ensemble ». »

TILIOS – Tiers-Lieux Libres et Open Source : « Le « Tiers Lieux » est une « configuration sociale » qui se matérialise le plus souvent par un « lieu physique et/ou numérique » dans lequel est activé par l’action du « Concierge » un « processus singulier » qui va permettre à des « personnes venues d’univers différents », voire contradictoires, de se rencontrer, se parler et créer ainsi un « 3ème langage » leur permettant de construire des projets (en) « communs ». »

Livre blanc du Réseau Français des Fablabs : « Avant d’être un lieu où l’on fabrique « tout et n’importe quoi », le Fablab est un lieu où l’on fabrique du commun, du savoir-vivre ensemble, où l’on favorise l’apprentissage de compétences politiques au sens premier, c’est-à-dire de compétences sociales favorisant la solidarité, l’adaptation, l’intégration. »


#4

“Tiers-Lieu” est un concept proposé en 1989 par le sociologue américain Ray Oldenburg pour désigner des lieux ne relevant ni du domicile ni du travail (cafés, librairies, bars) dans ses ouvrages “Celebrating The Third Place” et " The Great Good Place".

L’expression” tiers lieux “vient du fait de considérer nos maisons comme le “premier” endroit dans nos vies, et notre travail est considéré comme le “second”.

Selon la page Wikipédia “Oldenburg identifie que dans les sociétés de banlieue modernes, le temps est principalement dépensé dans des lieux isolés (premier) et second (travail). En revanche, les tiers lieux offrent un espace public neutre permettant à une communauté de se connecter et d’établir des liens. Troisièmement, les lieux « accueillent les rassemblements réguliers, volontaires, informels et heureusement attendus d’individus au-delà du domaine familial et professionnel » [3]”
https://en.wikipedia.org/wiki/Ray_Oldenburg [3] https://www.pps.org/article/roldenburg

Pour le sociologue, cet espace favorise l’ égalité sociale en lissant le statut des invités, offre un cadre à la politique populaire, crée et encourage des habitudes d’association / coopération publique et favorise un soutien psychologique et affectif aux individus et aux communautés.

“Ce sont les moyens permettant aux gens de se réunir facilement, à peu de frais, régulièrement et avec plaisir - un “endroit à part”, des alternatives à la télévision dans la vie réelle, des évasions faciles ".

“Ce qui est le plus nécessaire, ce sont les” tiers lieux “qui apportent un équilibre public à la privatisation accrue de la vie de famille.
Les tiers lieux ne sont rien de plus que des lieux de rassemblement publics informels.

Huit caractéristiques selon l’auteur et les chercheurs ayant développé l’idée ensuite :

  • Terrain neutre : liberté d’entrée et de sortie
  • Niveleur (un lieu de nivellement) : le statut n’a pas d’importance
  • La conversation est l’activité principale
  • Accessibilité et hébergement
  • Les habitués
  • Un profil bas : pas de snobisme, ouverture à la diversité
  • L’ambiance est enjouée
  • Un habitat loin du domicile : alors que ce n’est pas leur domicile, les occupant.e.s du tiers-lieu s’y sentent comme chez eux, chez elles

#5

Dans cette article https://www.ouishare.net/article/entretien-croise-avec-simon-sarazin-co-routine-et-sebastien-plihon-compagnie-des-tiers-lieux-exploration-mille-lieux-2-8?locale=en_us
Sébastien Plihon, La Compagnie des Tiers-Lieux - Exploration Mille Lieux défini un tiers lieux comme ceci :

  • Avec la Compagnie des Tiers-Lieux à Lille, on est allé plus loin. On a identifié une série de critères qui rassemblent et définissent les Tiers Lieux, ce qui constitue leur ADN commun. En plus de l’ouverture (à différents types de catégories professionnelles) et de l’accessibilité (en termes de coût mais aussi d’image), on a ajouté la documentation et le caractère duplicable des Tiers Lieux. On a aussi mis l’ancrage sur un territoire et le fait que les Tiers Lieux soient centrés autour des besoins de leurs usagers. Un autre élément essentiel que l’on a identifié, et non des moindres : l’équilibre économique.