La MYNE: processus apprenants d’un tiers-lieu libre et open source


#1

La MYNE : les processus apprenants d’un tiers-lieu libre et open source

Documentation issue d’un kiosque tenu au 110 bis, le 2 avril 2019, lors de la 3ème rencontre contributive sur les tiers-lieux éducatifs. Ce poste, en “mode wiki”, peut-être édité en continu.


Présentation de Melia Villard (melia.villard@protomail.com), membre active de la MYNE, un laboratoire citoyen qui agit en tiers-lieux sur le territoire de Villeurbanne (69), et qui se vit en communauté apprenante.

Mélia : On passe beaucoup de temps à faire du méta (i.e. à analyser nos modes de fonctionnement)


Présentation (non exhaustive) de la MYNE

Résumé

  • La MYNE - « Manufacture des Idées et Nouvelles Expérimentations » - est depuis 2014 une communauté de pratiques de recherche et d’expérimentation autour des modes de vie, de faire, de travailler, de se déplacer, d’apprendre (…) qui s’inscrit dans le mouvement des communs.
  • La MYNE occupe une maison (mise à disposition par la métropole de Lyon) en Tiers-lieux.
  • C’est un lieu de vie : des gens qui viennent jardiner, ranger, étudier, atelier d’auto-réparation
  • Apprendre à la MYNE prend de nombreuses formes. Il s’agit souvent d’une “apprenance” qui est tout d’abord sociale (pratiques, savoir-être) avant de devenir technique (outils, savoir-faire).
  • Sont listés dans ce document les pratiques et principes d’apprentissage agissant à la MYNE.

Histoire

  • La Paillasse Saône est l’association qui a préfiguré la MYNE. L’intention initiale était d’ouvrir un espace (commun)permettant aux citoyen.ne.s d’agir librement par la recherche sur des questions de société.
  • La Paillasse Saône s’est inspiré du concept de biohackerspace (popularisé en France avec “La Paillasse”) et a construit puis affirmé son identité (plurielle), au gréé des passages et des expériences.
  • De la découverte initiale aux questionnements de recherche, tout n’est qu’apprentissage d’une forme ou d’une autre (apprendre les un.e.s des autres, apprendre du réel, apprendre de l’expérimentation).
  • En 2017, La MYNE a été co-commissaire de l’exposition Fork the World, de la Biennale de Design de Saint-Etienne et a co-piloté l’expérience contributive de la “Fabrique des Communs” à Lyon.

Gouvernance

  • L’association (La MYNE) a fait évoluer son mode de gouvernance progressivement depuis 2015. Elle a d’abord fonctionné en conseil d’administration, puis en conseil collégial. L’intention actuelle est de tendre vers “AG permanente” (avec une ouverture vers les multiples partenaires du territoire grand lyonnais).
  • La gouvernance des activités (par" projets") s’inscrit dans le registre de la “doocratie” (celui ou celle qui fait EST légitime). Avant on faisait des statistiques de suivi de projets, et plus récemment on fait plutôt du qualitatif (ex : avec la visualisation de courbes d’énergie / de fatigue collective des contributeurs).

Ouverture

  • Les sollicitations sont variées (individus, collectifs, communautés, associations, communes, entreprises). Par exemple, en ce moment, les enseignants d’écoles d’ingénieurs sollicitent la MYNE autour des “low tech”. Nous nous interrogeons en permanence sur ce qui fait sens face à ces sollicitations. Autant que possible, nous établissons des “cadres (ou accords) de réciprocité” pour gouverner les coopérations.

Langage

  • On réinvente progressivement un lexique qui nous est propre, même si on prend du recul sur l’aspect “bullshit” que ça peut véhiculer. Récemment on a parlé d’apprentation (apprentissage & éducation). Le travail sur le sens des mots est constant entre mynois.e.s, du fait de la créolisation des univers.

Documentation

  • La documentation intensive permet d’éviter de réinventer la roue et l’eau chaude. Elle permet aussi de se prémunir d’un effet whaou sur de fausses nouvelles idées. Le point d’entrée vers la documentation se fait souvent par une personne (humaine) en action sur un sujet donné ou contributrice d’un projet donné.
  • On auto-herberge (avec l’association Indie.Host) une partie de notre infrastructure numérique (chat, notes, cloud). En particulier, le « chat » facilite l’accueil des nouveaux membres par Internet.

Apprentissage

  • L’apprentissage est pensé en bien commun. Un des objectifs est de se défaire de son parcours scolaire.
  • On apprend énormément à la MYNE - individuellement et collectivement - en déconstruisant les processus cognitifs et/ou idéologiques qui tendent à faire croire que les savoirs et compétences viennent “forcément” des institutions (notamment scolaires), et qu’ils sont forcément légitimés par elles.
  • L’analyse réflexive des pratiques est continue. Elle se fait (notamment) au travers de la documentation.

Reconnaissance

  • La reconnaissance se fait entre pairs, au travers des activité de la communauté. La transmission se réalise en petit groupe (de 1 à 3 personnes vers 5 à 6 personnes), avec des formats variés.
  • La communauté de la MYNE est progressivement reconnue sur / pour ses pratiques de recherche, même si les membres n’ont pas « d’étiquette » de chercheur. La légitimité est en soi un processus.
  • La MYNE accueillent des étudiant.e.s en stage ou en service civique. Elles/ils sont invité.e.s. à définir par elles/eux-mêmes leur mission, ce à quoi elles/ils ont envie de contribuer, avec la communauté.

Pérennisation

  • La MYNE est une association loi 1901 qui n’a aucun.e salarié.e. Les fonctions de conciergerie, de transmission et de documentation sont assurées en continue par les membres, pour les membres.
  • La documentation systématique des activités, des initiatives et des modes de fonctionnement permettent de prolonger l’expérience contributive de la MYNE dans d’autres contextes et temporalités.

Diagnostic des processus apprenants

Les éléments qui suivent sont issues d’une enquête en cours, réunies dans ce document contributif

  • La MYNE peut être vu comme une communauté apprenante. Après tout, de la découverte initiale aux questionnements de recherche, tout n’est qu’apprentissage d’une forme ou d’une autre - apprendre les uns des autres, apprendre du réel, apprendre de l’expérimentation.
  • Apprendre à la Myne prend de nombreuses formes. Il s’agit souvent d’une “apprenance” qui est tout d’abord sociale (pratiques, savoir-êtres) avant de devenir technique (outils, savoir-faires). Nous avons listé ici les différents pratiques et principes d’apprentissage présents à la MYNE.

Apprentissage pair-à-pair

Échange permanent de savoirs au travers des rencontres et activités contributives de la MYNE. Les pairs sont identifié.e.s par chacun comme ressource potentielle sur un ou des sujets.

Apprentissage adaptatif

Les besoins de savoirs peuvent changer en cours de route - et dans un environnement complexe ou en évolution rapide, c’est constamment le cas. Cela nécessite des stratégies adaptatives de mise en correspondance continue entre un “but”, des moyens et des savoirs.

Apprentissage immersif

Un apprentissage par l’entourage se met en place, de façon passive, du fait même d’être investie en communauté active et diverse. On vient à la Myne, ou on voit passer un pad, on entend une discussion… et on finit par acquérir des savoirs, des expertises, au fil de l’eau.

Apprentissage créatif

Tout atelier, toute rencontre dans les murs est l’occasion de générer de l’apprentissage.

Apprentissage collaboratif

L’apprentissage se pense et se réalise dans une dynamique de construction collective.

Apprentissage “ad hoc”

Les situations vécues à travers la MYNE provoquent la “génération d’apprentissage”.

Apprentissage en commun

Chaque sujet occasionne la réunion de connaissance, documentée par des outils numériques, qui peut être enrichie par d’autres. Par exemple: l’écriture collaborative ouverte, au travers des pads de la Myne et des nombreux projets et réalisations qui y sont représentés, est une forme d’apprentissage par la participation qui est très développée au sein de notre écosystème.

Apprentissage par la pratique

L’acquisition de connaissances se réalise au travers de l’expérimentation (en situation).

Apprentissage par la recherche

L’apprentissage se fait par des projets de recherche, sans passer préalablement par les ‘fondamentaux’. Cela accélère considérablement la réappropriation des sujets, par leurs limites.

Réseau de soutien et de “challenge”

La MYNE est un réseau de personnes qui se challengent et se soutiennent les un.e.s les autres.

Reconnaissance des savoirs

La communauté soutient la reconnaissance des savoirs acquis. Cela permet à des profils atypiques de participer l’avancée et aux partages des savoirs dans de meilleures conditions.

Réseaux “d’intelligence”

Les capacités de reconfiguration permanente des processus d’acquisition, de sélection et de partage des savoirs en communauté passe par un réseau humain “d’intelligence”, dans le sens anglo-saxon du terme (“Mettre la bonne information dans les bonnes mains au bon moment.”). C’est un savoir-faire qui se transmet progressivement par la pratique, sans avoir été formalisé.

Bootcamp systémique

Ce format d’apprentissage a été testé en 2017 par le biais d’une simulation sur le sujet (complexe) de la médecine systémique. La mutualisation de savoirs opérationnels entre 5 participants de niveau (initial) variés (de non-informé à chercheur) a fait ses preuves à l’occasion d’un test particulièrement ardu (mini Examen National Classant condensé sur 1 jour).

Démarche de lifecaring

Lifecaring signifie prendre soin du vivant. Par exemple, prendre soin d’une personne et lui permettre de prendre soin aussi passe souvent par la mise en adaptation de ses connaissances, savoir-êtres et savoir-faires à ses besoins, envies, rêves et contraintes. À la MYNE, c’est un processus continu de prendre de soin les un.e.s des autres qui est particulièrement fort.

Gestion de charge cognitive

Savoir quand ne pas apprendre, ne pas décider, ne pas être curieux, ne pas lire est devenu tout aussi important que son contraire dans un monde abondant d’information. Nous avons des pratiques visant à mieux gérer sa charge cognitive, afin de préserver la santé cérébrale.


Les expériences apprenantes des mynois


Fiche d’identité de la MYNE

Site
https://www.lamyne.org
Adresse
1 Rue du Luizet
69100 Villeurbanne
Latitude
4.884244
Longitude
45.783553
Tags
#recherche, #communs, #transitions

Rencontre contributive #3 - De la salle de classe aux tiers-lieux éducatifs - 02/04/2019
#2

Bonjour,

serait-il pertinent d’identifier votre lieu sur Babelcoop.com afin de le rendre visible à d’autres porteurs de projets de tiers-lieux apprenants ?

A cela, je pense qu’il serait intéressant d’échanger sur le lancement des “cités éducatives” par le Gouvernement, en relation avec Oxalis scop également.

A vous lire,
A bientôt,


#3

Bonjour,

Un travail de cartographie est déjà en cours ici, porté par l’association tiers-lieux edu et le lab 110 bis.
Voir ici : Cartographie participative des tiers-lieux éducatifs [en cours de construction]

Il doit être possible d’en extraire les données et de les récupérer ? Je n’en suis pas sûre @loic.fejoz pourra sans doute mieux vous éclairer sur la question.

Par ailleurs, vous trouverez dans la documentation deux cartographies de makery :


Par ailleurs, concernant Oxalis, il me semble que @nicolasloubet, membre de la Myne en fait partie.

Bonne après-midi,
Benjamin


#4

Nos données sont dans un format standard GeoJSON. La licence d’utilisation n’est pas clairement arrêtée mais nous allons nous inspirer de DataGouv.